Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Témoignages et documents (bibliographie, filmographie…) > Algérie « Pendant la guerre, j’ai tué »

Algérie « Pendant la guerre, j’ai tué »

lundi 14 octobre 2019, par 4acg

Version imprimable de cet article Version imprimable

France culture 11/10/2019

Gilles et Bernard sont des anciens de la guerre d’Algérie… Dans leur jeunesse, l’un comme l’autre ont été entraînés, disent-ils, sur la pente de l’irréparable. Ils ont tué ou ont été responsables de la mort d’un autre homme, malgré eux.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/pendant-la-guerre-jai-tue

Ils ont tué ou ont été responsables de la mort d’un autre homme, malgré eux. Depuis, ils ont adhéré à l’association 4ACG pour Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre qui s’engagent à verser leur pension de guerre à des bonnes œuvres en Algérie.

Gilles est envoyé en Algérie alors qu’il a tout juste vingt ans. Il arrive dans ce " département français" qu’il connait mal, sans vraiment comprendre les raisons du conflit. Etant une toute jeune recrue, il écoute les ordres, ou du moins il tente jusqu’à ce qu’on lui demande d’attacher un homme, défiguré par les coups, à un piquet. Il assiste à l’exécution de l’homme en question, complètement impuissant et traumatisé pour le reste de son existence.

« Nos regards se sont croisés. J’ai vu dans ses yeux qu’il demandait de la compassion. »

« Pour moi c’était un attentat, on venait de tuer un homme sans défenses, sans justice, sans arme. »

Bernard, lui, se positionne par rapport à la guerre d’Algérie, il n’est pas question qu’il y participe, d’une part parce qu’il ne veut pas aller à la guerre, qu’autre part parce qu’il est contre cette guerre puisque pour lui, l’Algérie a droit à son indépendance. Il demande à partir à Madagascar, mais il est envoyé en Algérie, malgré lui. Une fois sur place, il arrête de penser, accepte la situation et devient sergent et finit par tuer un prisonnier au cours d’une « corvée de bois ».

« Sans m’en rendre compte, je suis entré dans la guerre et j’ai épousé les objectifs de l’armée française. »

« On faisait croire aux prisonniers qu’on les emmenait chercher du bois, on les conduisait dans la forêt et on leur tirait dans le dos. »

« Le prisonnier avait été récupéré par les responsables du bataillon et puisque c’était un chef, ils l’ont forcé à donner des renseignements sur ses camarades et les activités de son groupe. Et un beau jour, on nous l’a ramené pour qu’on l’exécute. C’était une pratique générale de l’armée française, on exécutait les prisonniers une fois qu’on leur avait soutiré tout ce qu’on pouvait, quand ils ne mourraient pas sous la torture. »

« Il y avait autant de manières d’exécuter les gens que la barbarie humaine peut imaginer. » 

Reportage : Thibaut Cavaillès

Réalisation : Philippe Baudouin (et François Caunac)

Chanson de fin : "I see a darkness" par Johnny Cash - Album : "American III : solitary man" (2000) - Label : American recordings.

Messages

  • En juillet 1961 en arrivant dans mon unité à Sétif , jeune lieutenant mon capitaine m ’a désigné pour siéger au Tribunal Permanent des Forces Armées
    Là on ne tue pas on condamne à mort . C ’est quelqu’un d’autre qui exécutera .
    Sylvie Thénaud a écrit un livre sur la justice en Algérie pendant la guerre
    «  » Une drôle de Justice «  »
    Pour moi c’est une expérience que je n’ai jamais oubliée

  • Dans l’ introduction de son livre : Histoire de la Justice en France de 1789 à nos jours
    Jean-Claude Farcy écrit
    De la Révolution à la guerre d’Algérie , la répression des opposants et des vaincus des guerres civiles s’est réalisée sans respect des principes du droit proclamé dans la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789 et inscrit dans les différentes Constitutions en vigueur
    Les sentences sont prises au nom du peuple Français ( c’est moi qui l’ajoute )

    André Mandouze : Mémoires d’outre siècle d’une Résistance à l’autre
    Il y dénonçait les droits et principes républicains qui étaient bafoués pendant la guerre d’Algérie
    André Mandouze est mort le 7 juin 2006, les Algériens n’oubliant pas ceux qui les avaient soutenus dans leur lutte pour l’Indépendance lui ont rendu un bel hommage dans El Watan le 7 juin 2006

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.